Synthèse de l’étude des modalités des cours d’informatique en ligne

Près de 6 mois après le début de notre travail de veille technologique sur le domaine des cours en ligne massivement multi-apprenant, plus communément appelés “MOOC” (de l’anglais “Massive Online Open Course”), traitant de l’informatique, nous vous proposons d’en faire une synthèse finale.

Le contexte de cette étude repose sur la volonté de l’Ecole Centrale de Nantes à rejoindre la communauté des MOOC en proposant à ses étudiants la possibilité, dans un premier temps, de suivre des cours en ligne de remise à niveau dans le domaine de l’informatique.

Notre travail de veille a donc eu pour objectif de réaliser une étude initiale, en prévision du lancement de ce projet. Nous avons pour cela effectué un historique de l’émergence et l’évolution des MOOC ; puis nous avons dressé un inventaire des principaux services de MOOC existants dans le domaine de l’informatique, en langues française et anglaise ; enfin, nous avons mené une étude approfondie concernant les cours en ligne en eux-mêmes : contenu, organisation de l’enseignement, relation avec les autres cours disponibles, interface homme-machine… dans l’optique de comprendre les mécanismes mis en place par les MOOC pour faciliter l’apprentissage de nouvelles connaissances. L’ensemble de ce projet a abouti à la comparaison et au classement de l’ensemble des plateformes de MOOC étudiées.

Article 1 : Historique des MOOC

Les plateformes étudiées

Les cours disponibles en ligne sont regroupés au sein de plateformes. Ces dernières proposent généralement du contenu créé par des universités partenaires à ce service, mais d’autres, privées majoritairement, offrent un contenu conçu spécialement pour l’occasion. Nous ferons référence à ces MOOC en les qualifiant de “non académiques”.

Les principales plateformes actuellement disponibles et offrant des cours en informatique sont :

  • MIT OpenCourseWare, service mettant à disposition de nombreux documents de cours mais qui n’est pas un MOOC à proprement parler puisqu’il ne propose pas de vraies interactions entre utilisateurs ;
  • edX, créé par Harvard et le MIT ;
  • Coursera, entreprise privée offrant des cours d’universités partenaires ;
  • Udacity, créé par des enseignants de l’université de Stanford et proposant des cours conçus spécialement ;
  • Khan Academy, association américaine désirant offrir un enseignement de grande qualité, gratuitement, pour tous ;
  • Code School, mettant à disposition des cours très poussés et spécialisés “web”.

Article 2 : Présentation de “MIT OpenCourseWare” et “edX”
Article 3 : Présentation de “Khan Academy” et “Code School”
Article 4 : Présentation de “Udacity” et “Coursera”

Tableau récapitulatif des principales plateformes de MOOC
Plateforme Universités partenaires Internationalisation Cours d’informatique Statut
MIT OpenCourseWare 1 Non 213 But non lucratif
edX 12 5 pays 10 But non lucratif
Coursera 62 17 pays (5 langues) 70 Privé
Udacity 0 Non 16 Privé
Khan Academy 0 Non 4 But non lucratif
Code School 0 Non 26 Privé (payant)

Les cours proposés en informatique

Article 5 : Principaux thèmes abordés dans les MOOC

Bien que très variés, les cours traitant de l’informatique peuvent être regroupés en 4 grandes catégories :

  • Cours d’initiation à la programmation :
    • Destinés aux débutants ;
    • Apportant les bases sur différents sujets (structures de données, algorithmique…) ;
    • Ne nécessitant pas de pré-requis particulier mais conseillés à des étudiants de niveau universitaire et désirant s’investir (les cours peuvent durer d’environ 50 heures à plus de 200 heures !) ;
    • Le langage de programmation en lui-même n’est pas essentiel ;
  • Cours avancés dans des domaines précis mais variés :
    • Analyse et design d’applications ;
    • Traitement d’image ;
    • Intelligence artificielle ;
    • Architecture des ordinateurs ;
  • Cours de culture générale :
    • Histoire d’internet ;
    • Sécurité informatique dans la culture ;
    • Logiciels malveillants et économies sous terraines ;
  • Cours plus concrets, centrés sur un langage spécifique (généralement proposés par des MOOC non académiques) :
    • Langages assez peu connus ou du moins non traités dans le cursus : Ruby, CoffeeScript…
    • Cours destinés à l’acquisition de connaissances pratiques dans un domaine précis (ciblant les professionnels).

Image hosted by uppix.net

Nuage de mots représentant les titres des cours d’informatique en ligne

Organisation des cours

L’interface et la présentation des cours

Pour chaque MOOC, tout se fait à partir du navigateur internet de l’utilisateur. Ainsi aucun souci de compatibilité entre les différents systèmes d’exploitation : tous les étudiants sont mis sur un même pied d’égalité, ce qui est un des fondements de l’enseignement (du moins public).

De plus, l’organisation générale des sites web des plateformes de MOOC est sensiblement la même : la page principale correspond à la présentation succincte de l’ensemble des cours disponibles sur le site.

Lorsque plusieurs domaines de connaissances sont disponibles, les cours sont bien sûr triés et classés par thèmes.

Chaque cours dispose en sus d’une présentation plus détaillée permettant à l’étudiant de se faire une idée précise des objectifs de l’enseignement : prérequis éventuels, modalités de réussite, durée totale estimée, charge de travail hebdomadaire et présentation de l’enseignant.

Le déroulement classique d’un cours

La clarté et l’ergonomie sont des éléments essentiels pour un MOOC. De fait, la forme générale d’un cours est assez similaire entre plusieurs plateformes: un enseignement est subdivisé en chapitres, présentant tous un objectif défini et éventuellement lui-même découpé en plusieurs unités :

  • La partie théorique de présentation des connaissances par l’enseignant. Cette partie est souvent traitée par l’intermédiaire d’une courte vidéo (durée inférieure à 10 minutes) ;
  • Un QCM suit généralement la vidéo (mode de fonctionnement typiquement nord-américain) ;
  • Chaque chapitre se conclut par une séance d’exercices plus poussées, proches de nos TD ;
  • A la fin du dernier chapitre, un examen final est généralement proposé.

Les différents exercices sont bien évidemment corrigés. La méthode de correction employée dépend de la plateforme :

  • Les QCM sont toujours corrigés automatiquement (bien évidemment) ;
  • Les TD et examens sont soit corrigés automatiquement, par des compilateurs développés en interne par les plateformes de MOOC (Khan Academy et Udacity), soit par l’enseignant responsable du cours (edX, lorsque le cours est suivi à des dates précises).

Un suivi automatisé de l’avancement et de la réussite de chaque utilisateur est fait et une page personnelle lui est accessible afin de visualiser ces informations.

Enfin, à l’issu de la réussite de l’étudiant à un cours, certains MOOC lui remettent un certificat de réussite officiel qu’il pourra imprimer et mettre en valeur sur son CV, bien qu’elle n’ait pas une aussi grande valeur qu’un véritable diplôme.

Interactions entre les participants

Lorsque l’on regarde chaque MOOC (à l’exception de quelques-uns), tous les cours disposent d’un forum associé ainsi qu’un wiki. Ainsi, ces outils favorisent une collaboration accrue entre les utilisateurs en leur permettant de communiquer et d’échanger.

Cet aspect communautaire est primordial à la notion de MOOC puisqu’i permet la création de nouveau contenu par les utilisateurs, leur fédération autour d’un même service et favorise le partage des connaissances.

Comparatif des différents MOOC

Les critères de comparaison

Afin de réaliser un comparatif des différents MOOC étudiés, nous devons dresser la liste des critères permettant leur comparaison. La sélection de ces critères nous amène à les regrouper selon 3 grands axes :

Les informations factuelles

Ce sont des critères quantitatifs et objectifs permettant d’évaluer l’organisation générale des MOOC : niveau de détail du descriptif des cours, matière, sujet, prérequis, langue et sous titres, durée, objectifs clairs, intégration au sein d’un ensemble de cours ou juste autonome, présence d’un forum et/ou wiki, type de correction (automatique ou humaine), certificat (O/N).

Le ressenti utilisateur

L’aspect “ressenti utilisateur” est également un élément devant entrer dans le processus de comparaison des MOOC, mais il est bien plus qualitatif et subjectif. En effet, il regroupe des notions de : design, ergonomie, structuration du cours (logique et pédagogue ou non), clarté du cours (uniformisation de tous les cours, qualité globale), pertinence des exemples et exercices, dialogue avec l’enseignant (présent sur forum, vidéo Q&A).

Les efforts particuliers et originaux

La mise en place d’outils peu conventionnels, qu’on ne retrouve pas forcément chez les concurrents, apportant un plus indéniable (correction par les paris, Q&A enseignant, obtention vrai diplôme…).

Les résultats du comparatif

Les deux plateformes de MOOC qui ressortent à l’issu du comparatif sont edX et Coursera.

La première, service entièrement gratuit lancé par le MIT et Harvard, s’agrandit de jour en jour et compte actuellement 12 universités partenaires, dont l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL). Chacune de ses universités met en ligne, à son rythme, des cours adaptés à la forme du MOOC et en tire au mieux avantage. La qualité générale des enseignements disponibles est à l’image des universités : réfléchie, précise, pédagogue, attrayante à l’œil. Les vidéos de cours sont notamment de très bonne facture. Bien que le catalogue soit encore assez réduit (14 cours seulement en informatique), les thèmes abordés sont très variés. Son avantage : proposer des cours dispenser par les universités formant l’élite du monde anglo-saxon.

La second, entreprise à but lucratif fondée par des enseignants en informatique à l’université de Stanford, est un mastodonte du MOOC : avec 62 universités partenaires et plus de 60 cours en informatique, c’est probablement la plateforme qui regroupe le plus de cours, dans le plus grand nombre de domaines. Ici encore, les cours sont d’excellente facture puisqu’ils sont écrits par des enseignants d’universités reconnues. L’une des particularités de ce site est qu’il propose un système de notation par les pairs : les utilisateurs corrigent eux-mêmes les exercices d’autres utilisateurs. Ainsi, une forte notion d’appartenance se crée auprès des étudiants.

Le détail du comparatif mené est disponible dans notre rapport d’étude, totalement autonome à ces articles.

Télécharger le rapport

Voici le plan du rapport :

Plan du rapport d’étude

  1. Présentation des cours en ligne massivement multi-apprenant en informatique
    1. Historique
    2. Principales plateformes anglophones et francophones
    3. Cours proposés en informatique
  2. Fonctionnement des MOOC
    1. Organisation générale des cours
    2. Interactions entre les participants
    3. Des initiatives innovantes
  3. Comparatif des différents MOOC
    1. Un point indispensable : motiver les participants
    2. Les différents critères de comparaison
    3. Tableau récapitulatif

Perspectives d’approfondissement

Les MOOC étant une technologie relativement nouvelle, les plateformes que nous avons étudiées sont en perpétuelle évolution. Il sera donc intéressant de garder un œil sur ces MOOC afin de ne pas rater la mise en place d’une nouvelle fonctionnalité pouvant rendre l’expérience utilisateur encore meilleure.

De plus, quelques réserves sont également à apporter : aujourd’hui, très peu de cours traitant de l’informatique sont disponibles en français. Parmi les cours proposés par l’EPFL sur Coursera, seulement 4 sont dans la langue de Molière. Il est à attendre que ce nombre augmente une fois qu’un plus grand nombre d’établissements francophones auront rejoint le monde des MOOC.

De plus, bien que la majorité des plateformes permettent de suivre les cours de manière totalement gratuite, il ne faut pas oublier que certaines sont des services privés et donc à but lucratif. Coursera, notamment, est actuellement financé par des levées de fonds mais réfléchit à plusieurs options pour devenir rentable, comme par exemple rendre la certification payante, vendre des informations à d’éventuels employeurs, faire payer les universités partenaires, etc.

Licence Creative Commons

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 non transposé.

Auteurs : Jonathan Cozzo et Patrick Rannou

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>