Prism: Les écoutes téléphoniques

On va maintenant commencer à parler des moyens techniques utilisés par la National Security Agency (NSA), l’agence gouvernementale derrière PRISM. Aujourd’hui nous allons nous pencher sur l’aide apportée par les grosses entreprises à la NSA.

Selon des documents publiés par le célèbre journal « The Guardian », la NSA aurait obtenu un accès direct aux données de plusieurs grosses entreprises  américaines dans le domaine de l’informatique et des télécommunications. Sont concernés entre autres les géants du Net que sont Google, Facebook, Apple, Microsoft ainsi que des opérateurs de téléphonie  AT&T, SPRINT, VERIZON (ce sont des opérateurs de téléphonie américains).

Concernant les opérateurs de téléphonie, l’opérateur Verizon transmettrait quotidiennement à la NSA des informations comme la durée des appels émis par leurs clients, leur position géographique ou la destination de ces appels.
La surveillance des appels téléphoniques ne se limitait pas qu’aux entreprises de télécommunications, elle s’étendrait aussi aux entreprises proposant des services de voix sur IP.

Ainsi selon ces informations le FBI et la CIA auraient bénéficié de la coopération de cette coopération pour pouvoir aussi écouter les communications sur IP.
Un exemple est le cas de Microsoft  via le célèbre logiciel de Voip Skype.

On apprend  que ce programme (Skype) avait été intégré au programme d’écoutes téléphoniques avant même le rachat de Skype par Microsoft en 2011, Microsoft ayant continué un programme déjà existant.
Microsoft aurait aussi amélioré ce programme d’écoute sur Skype en 2012 en permettant en Juillet 2012 à la NSA de tripler les informations collectées via Skype, alors même que le protocole de communication utilisé par Skype est propriétaire.

Pour l’instant la plupart de ces entreprises se sont fendues de communiqués indiquant qu’ils n’ont jamais participé de manière volontaire à ces programmes d’écoutes téléphoniques. Elles nient avoir donné un accès à leurs serveurs, voici quelques communiqués :

Microsoft : « Nous ne fournissons les données des utilisateurs que lorsque nous recevons un ordre légal, et jamais sur une base volontaire. De plus, nous n’acceptons ces ordres que s’ils concernent des comptes ou identifiants spécifiques. Si le gouvernement a un programme de sécurité plus large et sur une base volontaire pour collecter des données, nous n’y participons pas. »

 

 

Google : « Google fait très attention à la sécurité des données de ses utilisateurs. Nous divulguons des données au gouvernement en accord avec la loi, et nous examinons avec attention de telles requêtes. De temps en temps, des personnes prétendent que nous avons créé une porte dérobée pour le gouvernement, mais Google n’a rien de tel pour les données privées des utilisateurs »

 

Ces protestations des entreprises concernées sont cependant à prendre avec des pincettes étant donné que certains documents révèlent que les partenariats avec les entreprises privées doivent être les secrets les plus sensibles du programme.

La surveillance des conversations téléphonique ne concernerait pas que les simples citoyens dans le monde, les derniers éléments révélés laissent entendre que des personnalités de l’union européenne auraient aussi été surveillées.

Ainsi l’hebdomadaire allemand Spiegel révèle que le portable de la chancelière allemande avait été placé sous écoute. Le porte-parole de  la chancelière a ainsi indiqué que « le gouvernement fédéral avait obtenu des informations selon lesquelles le téléphone portable de la chancelière pourrait être écouté par les services américains ».

Selon cet hebdomadaire (Spiegel), en Allemagne il y’aurait  500 millions de conversations écoutées par mois.
La surveillance concerne aussi les données des français, ainsi du 10 décembre 2012 au 8 janvier 2013, 70,3 millions d’enregistrements de données téléphoniques des Français ont été effectués par la NSA.

La technique utilisée consisterait à déclencher l’enregistrement de la conversation lorsque certains numéros de téléphone ciblés sont utilisés. Ce système serait aussi bien utilisé pour les appels vocaux que pour les SMS.
Pour l’instant nous n’avons pas plus de détails sur les techniques d’enregistrement.

 

Sources :

http://www.pcinpact.com/news/80336-prism-filet-geant-etats-unis-pour-surveillance-web.htm

http://www.zdnet.fr/actualites/prism-la-nsa-libre-de-fouiller-dans-les-donnees-de-facebook-microsoft-apple-39791158.htm

http://www.theguardian.com/world/2013/jun/06/us-tech-giants-nsa-data

http://www.theguardian.com/world/2013/jul/11/microsoft-nsa-collaboration-user-data

http://www.lefigaro.fr/international/2013/06/29/01003-20130629ARTFIG00404-scandale-prism-la-nsa-espionnait-aussi-l-union-europeenne.php

http://www.lemonde.fr/international/article/2013/10/24/angela-merkel-espionnee-par-la-nsa_3502360_3210.html

http://www.silicon.fr/prism-millions-francais-places-ecoute-90246.html

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>