L’Open Data en pratique, la synthèse

Toute bonne chose a une fin et nous ne dérogerons pas à cette règle en vous proposant une synthèse de notre recherche documentaire sur le thème de l’Open Data en pratique.
Pour ce faire, nous reviendrons sur les différents billets publiés jusqu’alors, en proposant des liens vers chacun de nos précédents articles. Il pourra être intéressant d’en extraire quelques idées majeures et de faire un petit bilan de nos observations sur le monde l’Open Data.
Pour clore le billet, nous en profiterons pour annoncer le plan de notre rapport complet sur l’Open Data en pratique. Une fois terminé, nous vous ferons bien entendu part de ce rapport, en mettant à jour ce billet. (MàJ : Lire notre rapport )

Il est bon de rappeler que l’Open Data est un principe selon lequel les données publiques (celles recueillies, maintenues et utilisées par les organismes publics) ou privées doivent être disponibles pour accès et réutilisation par les citoyens et entreprises. De nombreuses villes se sont lancées dans le mouvement dont Nantes, Paris ou encore Strasbourg. N’hésitez-pas à consulter notre premier billet “L’Open Data en pratique” : le commencement d’une longue série d’articles. pour en savoir plus.

Au premier abord, l’Open Data fait peur, notamment avec sa farandole de formats mais aussi ses licences. Le tout a été éclairci dans notre second billet De la nature des données de l’Open Data. Néanmoins, une fois passées ces barrières, on ne peut que saluer cette initiative qui veut donner plus de visibilité aux données pour les citoyens. Notons que la majeure partie des données est mise en ligne par les collectivités via leur plate-forme de données, dans le but de transformer les données, par des intermédiaires (développeurs, journalistes, etc.), pour en faire un service aux citoyens.

Cependant, il ne faut pas se leurrer, derrière ce partage des données se cache un aspect économique important, que cela soit pour l’Etat, les entreprises ou les entités réutilisant ces données. Cela a été développé dans notre troisième billet, L’Open Data : une historie d’argent. Preuve de bonne santé d’une entreprise, l’ouverture de ses données permet de créer un écosystème autour : des applications notamment qui auront été développées par des ingénieurs/développeurs. Une sorte de relance économique par l’IT.

Si la plupart des applications tournent autour des places de parking et des transports (Les applications Open Data et leurs limites), il existe tout de même des utilisations originales comme le data-journalisme ou encore des synthèses d’informations diverses en un même lieu (citons le site We Are Data ou encore le City Dashboard, tous deux présentés dans ce billet Vers une autre utilisation des données Open Data).

Enfin, nous avons terminé nos billets avec un constat des limites de l’Open Data (La limite des données Open Data). C’est surtout le côté jungle dans les données (non triées, peu utiles) qui rebutent et qui nous a poussé à vérifier si ce surplus d’informations ne cachaient pas un manque de données cruciales. Et cela s’est, malheureusement, révélé être le cas : les données en temps réel sont souvent absentes (le temps avant l’arrivée d’un tram à Nantes par exemple). A cela s’ajoute l’absence de normes et une ouverture pas si franche des entreprises et de l’Etat.
Cependant, tout n’est pas si noir et des efforts ont été faits pour améliorer les plates-formes de données, en les rendant plus agréable à la navigation (pour mieux cacher le manque de données ?).

Nous en arrivons à la présentation du plan de notre rapport. Ce dernier reprendra tous les éléments vus lors des 6 mois passés, en réorganisant le tout de cette manière :

Introduction : Présentation de l’open Data
I. Contexte de l’Open Data
1) La nature des données
2) L’aspect économique
II. Les utilisations de l’Open Data
1) Les applications web et mobiles
2) De nouvelles utilisations
III. Les limites de l’Open Data
Conclusion sur l’Open Data en pratique

Malgré notre volonté d’être le plus exhaustif possible, il ne nous était pas possible d’aborder tous les éléments du large champ de l’Open Data. En particulier, nous nous sommes intéressé ici à l’Open Data en pratique, et non à l’avenir de l’Open Data. Deux de nos camarades se sont penchés sur le sujet au travers de leurs articles : il s’agit de Augustin Doury et Raphaël Traineau, eux-aussi élèves à l’Ecole Centrale de Nantes.
Voici un lien vers leur introduction : Open Data : l’avenir (introduction). Si vous voulez voir tous les articles, sachez qu’ils ont été écrits sous le pseudonyme “opendata13”.

Par ailleurs, sachez que vous pouvez trouver davantage d’informations sur différents blogs. Voici, entre autres, quelques blogs utilisés pour écrire nos articles :

  • le blog de l’association nantaise LiberTIC : http://libertic.wordpress.com/ (traitant principalement de l’ouverture des données publiques dans la région de Nantes, mais aussi en général)
  •  blog contenant de nombreuses informations sur les données (Open Data, mais aussi Big Data et autre) en France et en Europe : http://123opendata.com/blog
  • un blog d’un collectif tourangeau abordant s’intéressant au vaste sujet de l’Open Data : http://opendata-touraine.fr/

Pour terminer, nous aimerions remercier Guillaume MOREAU, enseignant-chercheur à l’Ecole Centrale de Nantes, qui nous a encadré lors de notre projet. Enfin, nous souhaitons surtout vous remercier vous, lecteur, qui nous avez suivi (fréquemment ou non) tout au long de nos billets portant sur l’Open Data en pratique. Merci à vous, vous qui donnez du sens à l’existence de notre blog !

Mise à jour : Retrouvez notre rapport ici.

Licence :
Licence Creative Commons

Auteurs :
Sébastien COHENDET & Maxime TERRADE

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>