Les outils de création d’un cours en ligne – Synthèse

Dans le cadre du projet de veille technologique, nous nous sommes intéressés, lors de ces six derniers mois, aux outils de création d’un cours en ligne. Notre démarche a suivi le déroulement suivant.

Article 1 : Nous avons défini nos axes de recherche, notre problématique et le plan général d’attaque que nous allions suivre.

Article 2 : Nous nous sommes attachés à définir tout le vocable nécessaire à une bonne compréhension de la thématique.

Article 3 : Ce billet présente les plate-formes de formation en ligne FutureLearn, Coursera, edX plutôt du point de vue des élèves pour deviner certaines fonctionnalités du coté enseignant auxquelles nous n’avons pas réussi à avoir accès.

Article 4 : Avec ce billet, la plate-forme edX est détaillée. Nous avons insisté sur les options dont dispose l’enseignant pour créer puis animer sa formation.

Article 5 : Nous avons choisi d’insister sur la suite WordPress et ses multiples plugins pour créer un cours en ligne.

Article 6 : Cet article fut l’occasion de présenter quelques outils simples et efficaces pour créer du contenu et l’insérer sur un site web.

A partir de ces six articles, voici le plan que nous pensons suivre pour notre rapport final :

  1. Mise en situation
    1. Contexte
    2. Les besoins de l’enseignant
  2. Partir de l’existant…
    1. FutureLearn
    2. Coursera
    3. edX
  3. …ou créer sa propre plateforme
    1. WordPress
    2. Outils web
  4. Conclusion sur les enjeux de ces outils

Enfin, nous tenons à remercier Jean-Marie Normand et Morgan Magnin pour leur encadrement.

Licence Creative Commons
Projet de veille technologique 2013 – Les outils de création d’un cours en ligne de http://veille-techno.blogs.ec-nantes.fr/ est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé par Florent Godard & François Neber

Quelques outils web utiles pour créer du contenu

TedEd (1)

Le premier des outils que nous souhaitons présenter correspond à la plateforme TedEd. Elle permet d’allier un support vidéo depuis YouTube à un questionnaire que l’apprenant est invité à compléter. Les deux types de questions, fermées comme ouvertes, sont possibles. Il a la possibilité de s’auto-corriger car, après chaque question, l’utilisateur obtient un lien vers la seconde à laquelle la réponse est donnée dans la vidéo.

Le créateur peut également ajouter du contenu supplémentaire pour approfondir le sujet. Enfin, pour chaque vidéo, un espace est réservé pour que les apprenants puissent discuter.

Capturer son écran

Il existe beaucoup d’outils de “Screencast” pour enregistrer ce qui passe sur son écran.

Nous retiendrons d’abord Screencast-o-matic (2) qui est un outil très simplifié mais suffisamment complet pour des usages classiques.

On peut également parler de Screencastify (3) qui est une nouvelle extension pour Google Chrome qui enregistre l’audio et la vidéo dans un onglet de votre choix.

Prezi (4)

Prezi est une application web qui permet de créer des supports de présentation plus dynamiques que des diaporamas classiques. Il est possible d’y intégrer des médias comme des images ou des vidéos YouTube. L’outil permet aussi de créer quelques animations mais surtout il propose une large collection de formes et de dessins permettant de représenter de façon originale vos idées.

Timeline JS (5)

L’appplication web Timeline JS permet de créer facilement des frises chronologiques.

YouTube (6)

Nous en avons déjà parlé à plusieurs reprises dans ce billet. YouTube est un acteur incontournable dans l’hébergement en ligne de vidéos. Il a su s’imposer sur ce secteur en devenant un véritable réseau social. Les outils de création sont très faciles à utiliser même si l’on devient assez vite bloqué pour créer des montages plus élaborés.

Sources

(1) http://ed.ted.com/

(2) http://www.screencast-o-matic.com/

(3) https://chrome.google.com/webstore/detail/screencastify-screen-vide/mmeijimgabbpbgpdklnllpncmdofkcpn?hl=en

(4) https://prezi.com/

(5) http://timeline.knightlab.com/

(6) http://www.youtube.com/

Licence Creative Commons
Projet de veille technologique 2013 – Les outils de création d’un cours en ligne de http://veille-techno.blogs.ec-nantes.fr/ est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé par Florent Godard & François Neber

WordPress et ses plugins

Le 16 janvier dernier ont débuté les premiers cours sur la plate-forme France Université Numérique (FUN). Cette dernière s’inscrit dans la continuité des plates-formes présentées dans les précédents billets et offre la possibilité d’y créer une formation. A l’heure où de tels sites se développent, n’existerait-il pas d’autres moyens de créer une formation en ligne en toute indépendance ? Pourquoi ne pas créer sa propre formation en ligne sans passer par de telles infrastructures ?

En effet, si on y réfléchit bien, une formation en ligne repose sur un site internet et il existe plusieurs moyens d’en construire sous la forme de blogs avec par exemple Eklablog, Blogspot ou encore, et nous allons nous restreindre à celui-là, WordPress.

 

Présentation générale de WordPress / Fonctionnalités de base

WordPress est un un système de gestion de contenu libre écrit en PHP et SQL. Développé par la société Automattic depuis 2003, il possède une interface simple pour administrer un site. De plus, sa communauté est assez active et de nombreux plugins existent et sont développés pour ajouter toujours plus de fonctionnalités. C’est pourquoi nous avons choisi d’insister sur ce CMS.

Les plugins intéressants (1)

A. Gestion d’un forum (2, 3 & 4)

Afin de permettre un suivi des élèves en les invitant à réagir à certaines problématiques de cours, un forum ou espace dédié à l’échange semble nécessaire. C’est pourquoi le premier plugin que nous allons vous présenter correspond à cette fonctionnalité de gestion d’un forum. Il s’agit de bbpress (http://bbpress.org/).

Tout d’abord, il faut préciser que le plugin est installable très facilement sur le site WordPress voulu. De nombreux tutoriels expliquent pas à pas la marche à suivre sur le web. Ensuite, il permet évidemment de créer des sujets de discussion et de les agencer. Son grand intérêt réside dans sa légèreté. Précisons que les droits d’accès au forum sont les mêmes que ceux du site WordPress et que les options de modération sont minimes. Pour pallier à cela, il est possible d’utiliser le plugin Simple:Press qui donne accès à encore plus de fonctionnalités en cas d’abonnement via d’autres plugins. Il existe aussi le plugin BuddyPress pour créer un forum plus proche d’un réseau social.

 

B. Gestion de formulaire (5 & 6)

Pour évaluer les connaissances acquises des apprenants et/ou les faire réfléchir, le plugin FORM permet de créer des formulaires. Comme pour tout plugin, l’installation se fait très bien. Des tutoriels sont présents sur le net. Il permet de créer tout type de champ (saisie de texte, cases à cocher, choix multiples, etc.) et bien évidemment, les données sont sauvegardées.

C. Edition de newsletter (7 & 8 )

Pour ce qui est de la création et de l’envoi de newsletter, il existe le plugin MailPoet Newsletter (anciennement Wysija). Gratuit pour les fonctionnalités de base, l’abonnement se fait via un widget mais il est toutefois limité à 2000 abonnés. Pour toucher plus d’abonnés, il faudra donc procéder en plusieurs fois. La création de la newsletter se fait avec des drag and drop.

Conclusion

L’objectif ici était de montrer que WordPress donne accès à plusieurs plugins qui combleront certainement la fonctionnalité que vous voulez ajouter à votre plate-forme de gestion de votre formation. Vous avez désormais de quoi gérer le cours. Qu’en est-il de la création du contenu ? S’il est possible de compléter plusieurs pages pour fournir des informations textuellement, plusieurs petits outils web peuvent permettre de diversifier le type de contenu. Ce sera notamment l’objet du prochain billet.

Sources

(1) http://wpchannel.com/category/ressources/plugins-wordpress/ (consulté le 22/01)

(2) http://bbpress.org/about/features/ (consulté le 23/01)

(3) http://4h18.com/un-forum-pour-wordpress/ (consulté le 23/01)

(4) http://simple-press.com/features/ (consulté le 23/01)

(5) http://wordpress.org/plugins/wordpress-form-manager/ (consulté le 23/01)

(6) http://www.phpascal.com/programmation-web/Wordpress/formulaire-wordpresse.html (consulté le 23/01)

(7) http://wpchannel.com/wysija-plugin-newsletter-user-friendly-wordpress/ (consulté le 23/01)

(8) http://www.mailpoet.com (consulté le 23/01)

Licence Creative Commons
Projet de veille technologique 2013 – Les outils de création d’un cours en ligne de http://veille-techno.blogs.ec-nantes.fr/ est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé par Florent Godard & François Neber

edX

Dans le billet précédent, nous avions abordé l’utilisation de diverses plateformes d’apprentissage en ligne du point de vue des apprenants.

Dans un premier temps nous voulions installer la plateforme edX sur nos ordinateurs car son code est disponible en OpenSource. Cependant, les nombreuses complications auxquelles nous avons été confrontées à l’installation nous ont conduit à abandonner cette idée. Nous nous sommes donc réorientés vers les deux outils hébergés sur edX.org : Studio et Edge. Précisons que ce sont des outils entièrement en anglais à l’heure actuelle.

Studio est la plateforme de création du cours alors que Edge permet de gérer les différents cours (pour l’enseignant) et c’est également la partie du site où les étudiants s’inscrivent aux cours. La plateforme étant en constante évolution, les éléments que nous présentons ici sont sujets à modification.

Inscription

Il faut d’abord créer son compte sur Edge puis sur Studio. Il faut également soit demander à edX une autorisation de créer un cours depuis la page d’accueil des cours soit être ajouté en tant que collaborateur sur un cours existant. En effet, la plateforme permet de travailler à plusieurs sur la conception d’un cours.

Créer un cours

Il est ensuite très facile de créer un cours, il suffit de renseigner le nom du cours et le nom de l’organisation à laquelle vous appartenez. Cela ajoute le cours sur Edge qui est alors disponible pour les étudiants mais il reste à le remplir !

edX vous propose ensuite de suivre une “checklist” qui rappelle les étapes principales pour bien démarrer telles que :

  • Ajouter des collaborateurs à votre cours
  • Définir la période pendant laquelle le cours sera ouvert
  • Choisir le mode d’inscription et d’évaluation du cours
  • Rédiger une description accrocheuse pour attirer les étudiants (texte, image, vidéo)
  • Indiquer la difficulté du cours et les éventuels prérequis pour suivre correctement

Vous allez ainsi, à la manière de WordPress, concevoir votre cours et vous pouvez le prévisualiser à tout moment sous Edge.

Structurer le cours

Un cours est décomposé en sections, sous-sections (subsections), unités (units) et composants (components). En cours de création, vous pouvez restreindre l’accès au cours en définissant la visibilité de chaque unité (privée ou publique).

Le composant est la brique de base d’un cours, il en existe 4 types

La page HTML

C’est l’élément le plus utilisé car il permet d’introduire du texte, des images ou des liens. Cela ouvre un éditeur HTML classique avec des outils d’édition de base.

La discussion entre élèves

Toutes les discussions créées sont rassemblées dont l’onglet des discussions. Pour créer ce composant, c’est très simple, il suffit de rattacher la discussion à une catégorie et à une sous-catégorie puis de donner l’intitulé de la question.

L’outil de gestion des discussions permet ensuite de suivre certaines discussions, d’identifier les contenus qui ont été signalés par la communauté d’étudiants et de faire des recherches par mot-clé.

Un problème à résoudre

Le choix entre les différents types de problèmes est plutôt bien diversifié : Questions à choix multiples, Cases à cocher, Formulaire numérique ou littéral, etc.

Pour chaque problème, il est possible de définir le nombre de tentatives et le nombre de points à attribuer pour la question. On peut également saisir une explication de la réponse.

Et si cela ne vous suffit pas, il existe également des outils de création de problèmes plus complexes pour gérer des images, des réponses longues, des expressions mathématiques… tout est possible !

Une vidéo

Le lecteur de vidéo edX supporte les formats MP4, Ogg et MPEG. Ces vidéos doivent préalablement être mises en ligne sur YouTube et il est recommandé de fournir également un lien de secours si YouTube n’est pas accessible. Il ne reste alors plus qu’à fournir l’identifiant YouTube de la vidéo.

Lorsque vous avez terminé, il ne vous reste plus qu’à faire la promotion de votre cours et ajouter un message de bienvenue !

Pendant le cours

Pour interagir avec les étudiants, 4 outils de communication peuvent être utilisés :

  • Le mail
  • Les annonces sur la page d’accueil
  • Le forum de discussion
  • Le wiki

Et après ?

Lorsque un étudiant a terminé un cours, il reçoit un certificat permettant de prouver qu’il a effectivement suivi le cours dans son intégralité.

Aller plus loin

edX fournit un support assez complet pour la création des cours. Le cours que nous avons suivi (edX 101 – How to create an edX Course) propose également tout un tas de conseils notamment pour la rédaction d’exercices ou pour la réalisation de vidéos.

Sources (consultées entre le 16 et le 22 novembre 2013)

1. https://edge.edx.org/courses/edX/edX101/How_to_Create_an_edX_Course/

2. https://studio.edge.edx.org

3. http://code.edx.org/

4. http://edx.readthedocs.org/projects/ca/en/latest/

 Licence Creative Commons

Projet de veille technologique 2013 – Les outils de création d’un cours en ligne de http://veille-techno.blogs.ec-nantes.fr/ est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé par Florent Godard et François Neber.

Les cours 100% en ligne

Aujourd’hui nous allons traiter plus spécifiquement de trois plateformes de cours entièrement en ligne : edX, FutureLearn et Coursera. Nous n’avons pas traité la plateforme France Université Numérique car nous manquons à ce jour d’informations sur ses modalités de mise en oeuvre, les premiers cours ne débutant qu’en 2014.

FutureLearn (1)

C’est une plateforme britannique toujours en développement lancée fin 2012 (2) par The Open University le 18 septembre 2013 (3) en association avec les universités britanniques.

Chaque MOOC est décomposé en semaines de travail. Chaque semaine, l’enseignant peut mettre à disposition plusieurs types de ressources :

  • Des vidéos

  • Des articles

  • Des sujets de réflexion que l’étudiant est invité à commenter sous la forme d’une discussion entre tous les participants.

  • Des quizzes

    • Lorsque l’étudiant se trompe, un éclaircissement est apporté avec un lien vers l’élément du cours sur lequel la question porte, il peut alors corriger sa réponse. Au bout de 3 essais infructueux, la réponse est marquée fausse.

C’est l’étudiant qui marque sa progression dans le cours, qu’il ait réellement lu les ressources… ou non. Pour chaque ressource, les apprenants peuvent apporter des commentaires qui peuvent être repris, likés ou signalés. L’enseignant peut également attacher des documents à télécharger.

Les utilisateurs peuvent se connecter les uns aux autres via un système de suivi (following). L’historique de leur activité étant disponible sur leur profil.

edX (4)

edX est une plateforme américaine fondée par le MIT et Harvard. Elle propose des cours qui touchent toutes les thématiques des sciences à l’art en passant par l’histoire. En tant qu’élève, il est possible de s’inscrire au cours de notre choix selon la disponibilité de ce dernier. Le cours est alors animé par une équipe de professeurs. Ils proposent un contenu à la formation sous différentes formes. Précisons que, sauf exceptions, les cours sont tous disposés sur une même plateforme selon le même modèle.

L’interface générale proposé à l’élève est la suivante :

  • courseware : recensement des différents modules de la formation avec liens vers les ressources associées et le cours

  • course info : informations pratiques de la formation, sa présentation et son planning

  • discussion : forum

  • wiki : recensement des ressources utiles pour suivre la formation proposée

  • progress : propre à l’élève, rend compte de son suivi

Il est possible d’en ajouter d’autres en fonction du cours.

Dans l’onglet courseware, pour chaque module, nous pouvons trouver des vidéos, des articles, un hangout où les participants sont invités à réagir en direct, un interview sonore, … Certaines ressources doivent être consultées alors que d’autres, optionnelles, approfondissent le thème. Pour certaines formations, à l’issue du module, l’onglet progress s’actualise et indique si l’élève a visualisé le support et/ou validé le quizz. Chaque enseignant semble être libre de construire son cours comme il le souhaite. La progression peut différer. Par exemple, pour un cours de neurosciences, cette dernière augmente à la consultation des ressources alors que pour une formation propre à la plateforme interne d’edX, les réponses au quizz la font évoluer. Les résultats de ces quizz sont d’ailleurs sauvegardés sans possibilité de repasser le questionnaire, ce qui détermine sans nul doute, la validation de la formation.

Coursera

Coursera, plateforme américaine de MOOC, a été lancée en avril 2012. Elle propose désormais environ 200 cours de 33 universités telles que Yale, Columbia, Stanford, … Les cours proposés couvrent des thématiques aussi variées que les deux plateformes précédemment présentées et durent en moyenne 8 semaines. Ils sont gratuits au contraire de la certification dont le prix varie suivant la formation.
L’interface élève suit la même logique que les précédentes plateformes. La grande différence se trouve ici dans l’existence d’un quizz hebdomadaire qui valide le suivi de l’élève. Le quizz peut prendre la forme d’un QCM comme contenir des questions ouvertes.
Pour plus de détails sur cette plateforme, nous vous invitons à lire le billet de nos collègues (7).

En conclusion, ce billet se place plutôt du point de vue de l’apprenant et répond aux interrogations sur les modalités de mise à disposition du cours, d’évaluation et de suivi des élèves. Mais nous souhaiterions aussi savoir comment tout cela fonctionne du côté de l’enseignant. Pour cela nous envisageons de contacter ces professeurs utilisant ces plateformes ainsi que les concepteurs de ces outils.

Sources

(1) https://www.futurelearn.com ,consulté le 20 novembre 2013.

(2)http://www.telegraph.co.uk/education/educationnews/9743703/UK-universities-to-launch-free-degree-style-online-courses.html ,consulté le 20 novembre 2013.

(3) http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/74125.htm ,consulté le 20 novembre 2013.

(4) https://courses.edx.org/courses ,consulté le 20 novembre 2013.

(5) https://www.coursera.org ,consulté le 20 novembre 2013.

(6) http://www.journaldunet.com/management/formation/mooc-cours-en-ligne/coursera-le-pionnier.shtml ,consulté le 20 novembre 2013.

(7) http://veille-techno.blogs.ec-nantes.fr/index.php/2013/01/30/presentation-des-cours-en-ligne-udacity-et-coursera/ ,consulté le 22 novembre 2013.

Licence Creative Commons
Projet de veille technologique 2013 – Les outils de création d’un cours en ligne de http://veille-techno.blogs.ec-nantes.fr/ est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé Par Florent Godard & François Neber

Qu’est-ce qu’un cours en ligne ?

Dans ce billet nous allons définir les termes que nous allons employer tout au long de cette veille et commencer à distinguer les différentes catégories de cours en ligne que l’on peut rencontrer.

Définitions

D’abord, rappelons qu’une définition n’est jamais unique et que nous avons du faire des choix pour nous rapprocher de notre thématique : la création d’un cours en ligne.

Commençons donc par essayer de définir la formation en ligne (ou e-learning).

Selon Tony Bates, spécialiste anglais en e-learning, cela correspond à

“Toute activité réalisée au moyen d’un ordinateur ou d’Internet qui soutient l’enseignement et l’apprentissage – aussi bien sur le campus qu’à distance.” (1)

La commission européenne le définit comme

“l’apprentissage assisté par les technologies de l’information”. (2)

Enfin, ce n’est pas seulement une pratique mais aussi

“l’ensemble des solutions et moyens permettant l’apprentissage par des moyens électroniques”

comme nous avons pu le lire sur Wikipedia. (3)

Si l’on résume ces différentes propositions, nous pouvons définir l’e-learning comme

“L’ensemble des activités et des moyens innovants mis en oeuvre dans le but d’apprendre ou d’enseigner.”

Mais cette définition bien générale et finalement assez fumeuse ne nous informe pas sur ce qu’est vraiment un cours en ligne. Il ne suffit effectivement pas de mettre une ressource sur un Intranet pour déclarer que l’on dispense un cours en ligne.

Le rapport d’un groupe de travail sur l’apprentissage en ligne de l’université d’Ottawa (4) distingue deux formats de cours s’appuyant sur l’e-learning :

  • Le cours entièrement en ligne, dont le contenu est diffusé à l’ensemble des étudiants qui peuvent le suivre de manière autonome et asynchrone. Des entretiens synchrones restant souvent nécessaires (restitution orale, entretien, etc.).

  • Le cours hybride qui consiste à intégrer à un cours en présentiel, des activités exploitant les TICE (ressources en ligne, vote interactif) et des activités asynchrones pour créer un environnement d’apprentissage plus stimulant et dynamique.

Nous avons là deux approches différentes que nous devrons veiller à distinguer, notre prochain billet sera donc consacré aux cours 100% en ligne et le suivant aux cours hybrides.

Brève analyse critique de la formation en ligne

Maintenant que nous nous sommes mis d’accord sur le terme de cours en ligne, il s’agit d’en proposer une brève analyse critique. Nous pourrons alors mettre en avant les points critiques de l’élaboration et la gestion d’un tel moyen d’apprentissage.

Les cours en ligne sont en premier lieu des cours et donc font interagir d’une part un apprenant et d’autre part un enseignant. Nous allons donc nous pencher sur chacun de ces deux points de vue.

Point de vue de l’apprenant

Pour l’apprenant, il apparaît évident qu’un tel cours lui donne plus de liberté. Il choisit à quel moment et à quelle fréquence il prend le cours. Il s’auto-implique. Il est donc volontaire et plus motivé, le cours lui sera plus bénéfique.
Toutefois, il est envisageable que sa motivation flanche. L’apprenant peut se perdre dans le contenu proposé. Sans réel contrôle ou évaluation, il peut perdre son intérêt en se questionnant de l’utilité de son entreprise.
Il faut préciser tout de même qu’une communauté autour du cours suivi peut se créer. Ainsi, les échanges sont favorisés, du contenu est produit et partagé. Et, ils se posent alors toute la problématique de vie virtuelle et la bonne adéquation des échanges et des productions au cours.

Point de vue de l’enseignant

Pour l’enseignant, le grand défi réside dans la construction du cours. En effet, cette dernière requiert une connaissance d’outils informatiques pour d’une part, communiquer, informer, transmettre les supports et d’autre part, élaborer ces supports. Ensuite, bien que le cours puisse toujours s’adapter aux apprenants, évoluer, une fois qu’il est réalisé, le précepteur n’a besoin de réaliser son enseignement qu’une seule fois. Il gagne donc du temps. Nous pensons notamment au cas où les salles sont trop petites pour accueillir tous les élèves et qu’en conséquence, le même cours se déroule au moins deux fois. Enfin, une telle forme d’enseignement offre aussi plus de liberté dans sa conception avec la possibilité de multiplier les types de support. L’intégralité du cerveau de l’enseignant comme de l’apprenant est alors suscité.
Toutefois, avec ce type de cours, se pose les problématiques de suivi et d’évaluation. Comment évaluer les apprenants ? Comment s’assurer qu’ils aient suivi le(s) cour(s) ? Comment l’enseignant obtient-il des retours de la part des apprenants ? Ce dernier peut en effet avoir besoin de voir ses élèves pour leur transmettre son savoir.

Facteurs clés de succès

A partir de ces deux points de vue, les différents facteurs clés qui ressortent sont les suivants :

  • Faciliter l’échange entre apprenants d’une part, et entre enseignant et apprenant d’autre part
  • Supporter plusieurs types de contenu
  • Offrir des moyens de suivi des élèves
  • Facilité d’utilisation tant en navigation qu’en conception

Nous utiliserons donc ces critères pour comparer les différentes plate-forme de conception d’un cours en ligne qui existent de nos jours dans nos prochains billets.

Sources

1 : http://www.tonybates.ca/2008/07/07/what-is-e-learning/ consulté le 17 octobre 2013

2 : http://ec.europa.eu/education/archive/elearning/doc/mid_term_report_fr.pdf consulté le 17 octobre 2013

3 : http://fr.wikipedia.org/wiki/E-learning consulté le 24 octobre 2013

4 : http://www.uottawa.ca/vr-etudes-academic/fr/documents/rapport-groupe-travail-sur-apprentissage-en-ligne.pdf consulté le 24 octobre 2013

5 : http://www.formavox.com/elearning-avantages-inconvenients-top-5-flop-5 consulté le 24 octobre 2013

Licence Creative Commons

Projet de veille technologique 2013 – Les outils de création d’un cours en ligne de http://veille-techno.blogs.ec-nantes.fr/ est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé par Florent Godard et François Neber.

Les outils de création d’un cours en ligne – Introduction

Formation Ouverte à Distance (FOAD), Cours en Ligne Ouvert et Massif (CLOM), Environnement Numérique d’Apprentissage (ENA) … Avec l’essor d’Internet et des nouvelles technologies de l’information, c’est au tour de l’enseignement d’en bénéficier comme le montre la naissance de plus en plus de cours en ligne. Notre sujet de veille technologique s’inscrit parfaitement dans l’actualité puisque, ce mercredi 2 octobre, Geneviève Fioraso (ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche) a annoncé l’inauguration de la plateforme France Université Numérique à la fin du mois (1). Dans la continuité de nos prédécesseurs, nous vous proposons de détailler, dans ce billet, notre problématique précise, le plan d’attaque que nous allons adopter lors des cinq mois à venir et enfin, les attentes de nos encadrants.

Problématique

L’année dernière, deux sujets étroitement liés au nôtre ont été posés : le premier intitulé Etude de la modalité des cours d’informatique en ligne et le second Analyse des plates-formes de cours en ligne massivement multi-apprenants. En ce qui nous concerne, il s’agit de se placer plus près du point de vue de l’enseignant et de se demander : comment peut-on réaliser concrètement un cours en ligne ?

Plan général d’attaque du sujet

Nous prévoyons de commencer par définir ce qu’est un cours en ligne et dégager les différents types de cours qui existent actuellement. Puis, nous présenterons plus en détail les différentes plateformes existantes. Nous mènerons également un comparatif de ces offres à l’aide de critères tels que : le prix, la facilité d’utilisation pour l’apprenant et pour l’enseignant, les différents supports de cours possibles, etc.

Enfin, nous essaierons de proposer une plateforme adaptée pour l’Ecole Centrale de Nantes et nous détaillerons son fonctionnement pour l’enseignant, ses outils proposés et le processus de mise en place au sein d’un école.

Attentes des encadrants

Suite au point de lancement avec Morgan Magnin et Jean-Marie Normand, nous avons pu nous présenter et surtout échanger sur la thématique. Ainsi, c’est bien les aspects technique et concret de réalisation du cours qu’ils souhaitent poser comme axes principaux de ce projet de veille technologique. Cette démarche d’état de l’art des plateformes de cours en ligne existantes est d’autant plus pertinente qu’elle s’inscrit dans la politique de développement des TICE à l’Ecole Centrale de Nantes (http://eat-tice.ec-nantes.fr).

Sources

1. http://www.france-universite-numerique.fr/lancement-de-france-universite-numerique.html consulté le 2 octobre 2013

Licence Creative Commons
Projet de veille technologique 2013 – Les outils de création d’un cours en ligne de http://veille-techno.blogs.ec-nantes.fr/ est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé par Florent Godard et François Neber.